En vacances en Afrique, elle demande le chemin à un inconnu. Deux semaines plus tard, ils sont fiancés.

Posted by Woke Enterprises, Inc on

Vous avez peut-être lu un extrait de l'article de CNN.com qui a parut dans la série "Chance Encounters". Et, oui! C'est de nous qu'ils parlent! On vous partage une version traduite librement pour les francophones. Bonne lecture!

De la série « RENCONTRES FORTUITES » sur CNN.com

Traduction par Woke Enterprises, Inc. Canada.

Heureux hasard: Lors de son premier jour d'exploration de l’Afrique de l'Ouest, Rachel a demandé son chemin à un passant, Honoré. Deux semaines plus tard, Rachel et Honoré étaient fiancés. Voir les photos de leur vie ensemble ici.

Rachel a atterri en République du Bénin, en Afrique de l'Ouest, en août 2018, anticipant un important voyage de découverte de soi, mais ne prévoyant pas à quel point le voyage allait changer sa vie.

Lors de son premier jour d'exploration du Bénin, Rachel a demandé son chemin à un passant. Deux semaines plus tard, Rachel et l'étranger se sont fiancés. Six mois plus tard, ils étaient mariés.

Rachel est née et a grandi à Ottawa, au Canada, fille de parents haïtiens qui avaient immigré au Canada à la fin des années 1960. À l'âge adulte, Rachel s'est installée à Washington DC pour l'université, puis a travaillé pour un programme technologique bipartisan associé au Congrès des États-Unis.

Rachel aimait ce travail, elle aimait la diversité de Washington et aimait travailler au service du public. Lorsque son visa américain n’a pû être renouvelé, Rachel, alors âgée de 40 ans, s'est dit qu'elle travaillerait à distance pendant quelques mois avant de retourner à Washington.

Mais plutôt que de travailler depuis le Canada, elle a décidé d'installer son bureau plus loin.

Antérieurement, Rachel avait soumis son ADN à un site d'ascendance en ligne.

Rachel savait depuis longtemps qu'elle descendait d'Africains réduits en esclavage aux Antilles, mais jusqu'à ce qu'elle obtienne les résultats, elle ne savait pas où ses ancêtres avaient vécu.

Maintenant, elle avait une liste de pays où elle avait des racines : Sénégal, Côte d'Ivoire, Togo, Ghana et Bénin, entre autres.

"Pour une descendante d'Africains réduits en esclavage, les tests ADN ont une signification très profonde", explique Rachel à CNN Travel. "Même si ce n'est pas une science précise, lorsque vous obtenez la carte géographique des endroits d'où viennent vos ancêtres, c'est un ouvrage rempli d’émotions".

Rachel est arrivée au Bénin vers la fin de son voyage de cinq mois de travail à distance. Elle avait déjà visité les autres pays de sa liste, et son voyage africain s'annonçait comme un extraordinaire voyage de découverte de soi. Néanmoins, Rachel ne savait pas à quoi s'attendre au Bénin.

"Honnêtement, je ne sais pas si je pouvais trouver la République du Bénin sur une carte géographique avant ce voyage", dit-elle.

Elle a réservé une chambre dans un gîte dans la ville portuaire de Cotonou, prévoyant d'y rester pendant deux semaines - travaillant depuis le gîte et explorant le pays pendant son temps libre.

Après 1 jour d'installation, Rachel s'aventure pour la première fois à l'extérieur. Elle a prévu de visiter Ouidah, autrefois l'un des ports de commerce d'esclaves les plus actifs d'Afrique. Elle s'attendait à ce que cette expérience soit émouvante et fasse réfléchir.

"Je suis sûre qu'un de mes ancêtres est passé par là, grâce à mon test ADN", dit Rachel.

En sortant de sa chambre dans le gîte, Rachel a cherché la gérante - elle cherchait des conseils sur la meilleure façon de se rendre à Ouidah.

"Elle est introuvable. Et puis je cherche le gardien, et le gardien est en pause."

Rachel s'est dit que sa meilleure chance était de demander à un passant à l'extérieur, alors elle a ouvert le portail et jeté un coup d'œil autour d'elle.

La première personne qu'elle aperçut était un homme sur le point de monter sur une moto, garée juste à l'extérieur.

Rachel salue l'étranger : « Ca va? » En tant que Canadienne francophone, le français est sa première langue et c'est aussi la langue officielle du Bénin. Elle demande à l’étranger poliment comment se rendre à Ouidah.

"Vous devez vous rendre à un certain carrefour, où se trouvent tous les taxis ", explique l'étranger. "Tu trouves le taxi qui va à ta destination, tu paies ta place, et ensuite il partira quand le taxi sera plein".

L’étranger a commencé à transmettre des indications pour se rendre au carrefour, puis, se rendant compte qu'elles étaient un peu compliquées, a changé de discours.

"Si vous voulez. Je peux vous y amener, c'est à 10 minutes d'ici", a-t-il suggéré en faisant un geste vers sa moto.

Il était environ 9 h du matin. Rachel se méfiait de faire confiance à quelqu'un qu'elle ne connaissait pas, mais elle décida qu'il était peu probable qu'elle se fasse mal en plein jour. Elle a accepté.

"J'ai pris le risque de monter derrière de sa moto, sans casque", se souvient-elle.

Voyager ensemble

L'étranger en moto était Honoré, un père célibataire et propriétaire d'entreprise d'une trentaine d'années qui avait vécu toute sa vie à Cotonou et qui passait par là ce matin-là.

Lorsque Rachel ouvre le portail de son gîte,  Honoré vient de finir de manger un petit déjeuner qu'il a pris dans un kiosque voisin.

De l'extérieur, le logement de Rachel n'était manifestement pas un gîte. Honoré dit qu'il a supposé qu'elle était la propriétaire de la maison. Ce n'est que lorsqu'elle a demandé son chemin qu'Honoré a réalisé que Rachel était étrangère.

Lorsque Rachel et Honoré sont arrivés au carrefour de taxis du centre-ville, ils ont constaté que celui qui se rendait à Ouidah était presque vide. Honoré  explique à Rachel qu'il faudra attendre un certain temps avant que le taxi ne parte - le chauffeur ne partira pas tant que le taxi ne sera pas plein.

Rachel est découragée. Elle est pressée. Elle veut passer toute la journée à Ouidah, et prendre tout son temps avant de rentrer à Cotonou avant la nuit tombée.

Sentant sa déception, Honoré lui fait une proposition. Il avait un ami à Ouidah qu'il espérait visiter. Il n'avait pas prévu d'y aller ce jour-là, mais il pourrait lui rendre visite puisqu’il est en congé aujourd’hui.

Je lui ai dit : "Cool. Je vais payer l'essence. Allons-y", se souvient Rachel.

Un peu plus d'une heure plus tard, ils entrent  à Ouidah.

La porte du non retour. Ouidah. Bénin Republic.

La porte du non retour. Ouidah. Bénin Republic. Source: Woke Enterprises, Inc.

"Il m'a montré  où se trouvent les taxis qui me permettront de rentrer l'après-midi. Et il m'a montré où se trouve le Musée des esclaves. Et je lui ai dit : "Ok, ca peut aller. Merci, monsieur", se souvient Rachel.

Mais avant qu'ils ne partent chacun de leur côté, Rachel a demandé à Honoré s'il voulait prendre un déjeuner. Elle voulait manger avant de commencer sa tournée. Étendre l'invitation à Honoré lui semblait être un choix poli, puisqu’il avait fait des efforts pour l'aider, après tout.

Honoré accepte, touché par le geste. Ils se mettent à table.

Rachel était consciente qu'elle était une femme voyageant seule, et bien qu'Honoré ait été tout à fait poli et respectueux, il restait un étranger, alors elle lui a dit qu'elle était mariée.

Elle n'a pas non plus donné de détails sur sa vie aux États-Unis. Mais elle a expliqué qu'elle espérait voyager au Bénin dans les jours à venir. Elle a demandé à Honoré s'il avait des amis ou des contacts qui travaillaient comme chauffeurs ou guides touristiques et qui pourraient l'escorter au cours des deux prochains jours. Elle se dit que ce serait plus facile que de compter sur les taxis.

Honoré contacte un ami guide touristique, mais il est complet.

Alors j'ai dit : "Et toi, alors ? Tu peux m’accompagner ? Tu m'as aidé ce matin, est-ce que je peux te payer pour faire ça pendant trois jours ?" se souvient Rachel.

"Non, je ne suis pas un guide touristique", a répondu Honoré. "Je ne connais pas l'histoire de mon pays par cœur, et ce n'est pas mon boulot".

Rachel relance Honoré. Elle n'avait pas vraiment besoin d'un guide touristique - il y aurait des experts dans tous les sites historiques qu'elle prévoyait de visiter. Elle avait seulement besoin d'un chauffeur.

Après quelques discussions, Honoré accepte de conduire Rachel.

Quand elle a insisté, j'ai dit "Pourquoi pas ?", se souvient Honoré.

Il voulait aider Rachel. Elle semblait être "une bonne honnête", d'après la façon dont elle l'avait abordé, la façon dont elle lui avait posé des questions et la façon dont elle l'avait invité au restaurant.

Les deux se sont mis d'accord pour qu'Honoré conduise Rachel pendant les prochains jours et que Rachel le paie pour ses services.

Un rapprochement

Pendant le reste de la semaine, Honoré a emmené Rachel sur les sites les plus importants du Bénin.

La visite du Bénin a été une expérience forte pour Rachel. Elle dit que la visite de l’Afrique de l’Ouest, du fort des esclaves  "est un pèlerinage que chaque afro-descendant devrait faire pour nous rappeler la cruauté que nos ancêtres ont survécu."

"Je ne le savais pas avant d'y aller en personne, mais si les casinos de Las Vegas (USA) prenaient des paris sur la survie des Africains réduits en esclavage, les prédictions que je sois en vie aujourd'hui auraient été minces, voire nulles", dit Rachel. "Je suis un miracle vivant. Je suis le "un pour cent". Je dois à ceux qui n'ont pas survécu à la traite négrière de vivre pleinement ma vie."

Pendant leur voyage au Bénin, Rachel et Honoré ont beaucoup discuté. Bien que Rachel n'ait pas révélé beaucoup de détails sur sa situation personnelle, elle s'ouvre à Honoré sur ses pensées et ses sentiments. Honoré a fait de même. 

"Les premières conversations ont consisté à apprendre à me connaître, à connaître ma famille, ma situation, qui je suis, qui je suis vraiment", dit-il.

"Nous étions très ouverts et très francs, car nous étions des étrangers. Nous ne nous reverrons plus jamais", se souvient Rachel.

Elle se souvient avoir été touchée quand Honoré a expliqué qu'il n'avait pas une moto neuve parce qu'il mettait tout son argent dans l'éducation de son fils.

"Il a dit : "Je préfère que mon enfant ait ces opportunités plutôt que de conduire une moto de luxe". Et j'ai pensé, 'Wow, ce sont les valeurs de mes parents'. Je me suis reconnue dans ces valeurs", raconte Rachel.

Au cours de l'une de leurs nombreuses conversations, Honoré a mentionné que son frère était tailleur. Lors de leur quatrième jour ensemble, Honoré a emmené Rachel au marché pour acheter du tissu que son frère pourrait transformer en robe.

Rachel est paralysée par la panoplie de choix de tissus - à tel point qu'elle demande à Honoré de choisir ses préférés. Il a opté pour deux pagnes colorés. La troisième option était un style de dentelle blanche et grise, appelée lessi. Rachel ambitionnait a porter la robe lessi à « un baptême ou une occasion spéciale ».

  Le frère d'Honoré a confectionné des vêtements pour Rachel et Honoré avec le tissu qu'il avait choisi pour elle au marché.  Source: Woke Enterprises, Inc. Canada

Le frère d'Honoré a confectionné des vêtements pour Rachel et Honoré avec le tissu qu'il avait choisi pour elle au marché. Source: Woke Enterprises, Inc. Canada

Au cours d'une de leurs nombreuses conversations en conduisant vers les sites  historiques du Bénin, Honoré a mentionné à Rachel qu'il avait l'habitude de se rendre à Lomé, la capitale du pays voisin, le Togo, lorsque lui et ses amis voulaient sortir le soir.

Rachel est intriguée.

"Je ne pense pas que je reviendrai ici. C'est un voyage unique où je suis rémunérée pendant que je voyage dans des pays étrangers. Je veux profiter de chaque occasion", se souvient-elle.

J'ai donc dit : "Je dois retourner au travail cette semaine. Mais le week-end prochain, si tu es d'accord, je pourrais obtenir deux chambres d'hôtel et nous pourrions aller au Togo ensemble."

Le week-end suivant, Honoré a emmené Rachel à une soirée de slam de poésie à Lomé, suivie d'un bar avec de la musique live. Ils sont restés dehors toute la nuit.

"Nous dansons. C'est de la joie pure", dit Rachel.

C'est à cette époque que Rachel a commencé à sentir les choses changer. Elle se sentait à l'aise avec Honoré comme elle ne l'avait jamais été auparavant.

"Nous nous entendons très bien. On rigole souvent ensemble", se souvient-elle en pensant. "J'ai eu une petite crise de colère à quelques reprises - dont je ne suis pas fière - mais il n'a pas paniqué, parce qu'en général, les femmes noires en colère font peur aux gens. Mais il n’a pas bronché".

Rachel a même rencontré brièvement le fils d'Honoré.

 

Rachel et Honoré, photographiés ici sur une plage de Cotonou, se sont rapprochés et ont rapidement réalisé qu'ils avaient des sentiments l'un pour l'autre.  Source: Woke Enterprises, Inc. CanadaRachel et Honoré, photographiés ici sur une plage de Cotonou, se sont rapprochés et ont rapidement réalisé qu'ils avaient des sentiments l'un pour l'autre. Woke Enterprises, Inc. Canada

 Elle a décrit la situation dans un courriel adressé à l'une de ses amies proches à Ottawa.

"Je crois que cette personne devrait être mon mari. Suis-je folle ? Je connais ce type depuis une semaine. Est-ce que c'est stupide ? Dis-moi si je suis folle", a-t-elle écrit.

Son amie lui a répondu : "Rachel, tu n'es pas sotte. Tu as un bon jugement. Tu es un bon juge de caractère. Si c'est l’homme de ta vie, attrape-le."

Pour Honoré, le voyage au Togo a également été un tournant.

"Je pense que c'est cette nuit-là que la qu’il y a eu coup de foudre ", dit-il. "Ce n'était pas un éclair mais c'était un sentiment d'amour. Je pense que c'est là que le sentiment d'amour a commencé".

Rachel n'avait plus qu'une semaine au Bénin avant de devoir rentrer en Amérique du Nord. Elle a décidé qu'elle n'avait pas de temps à perdre.

"Je lui ai dit que je n'étais pas mariée. Et il était très heureux de l'entendre. Et nous sommes accouplés depuis lors ", dit-elle.

"J'étais un peu surpris", dit Honoré maintenant. "Je pensais qu'une femme comme ça aurait probablement un mari."

"Le lendemain, je l'ai vue différemment", ajoute-t-il. "Pas comme une touriste, mais comme mon âme sœur. C'est comme ça que la relation a commencé. Étape par étape."

Pendant le reste de son séjour au Bénin, Rachel et Honoré ont passé autant de temps ensemble qu'ils le pouvaient.

Honoré et Rachel portent souvent des vêtements faits de tissus pagne, une tradition béninoise.  Woke Enterprises, Inc. Canada Honoré et Rachel portent souvent des vêtements faits de tissus pagne, une tradition béninoise. Source: Woke Enterprises, Inc. Canada.

 

Le soir du départ de Rachel, Honoré se rappelle être assis avec elle à la plage. Il profitait du moment, mais il pensait aussi au retour imminent de Rachel au Canada, et à ce que cela signifiait pour leur romance naissante.

"Nous faisions à l'océan. Dans ma tête, je me disais 'les deux dernières semaines que j'ai passées avec toi, je ne les regrette pas. Nous avons passé de bons moments ensemble. J'étais vraiment heureux de t’avoir rencontré.'"

Les deux ont parlé de l'avenir, et si et comment ils pouvaient faire fonctionner une relation à distance. Ils ont réalisé qu'ils étaient tous deux également engagés, et ont donc décidé de se fiancer, et qu'Honoré s'installerait en Amérique du Nord.

C'est une décision importante. Ils ne se connaissent que depuis quelques semaines. Et pour Honoré, émigrer n'avait jamais été un objectif. Ce serait un grand changement pour son fils. Mais Honoré dit avoir décidé de "suivre mon instinct, de suivre mon cœur". 

Pendant ce temps, Rachel a quitté sa vie à DC, et est retournée au Canada. Rachel dit que ses amis étaient sous le choc, mais qu'ils l'ont soutenue. Ils étaient heureux lorsqu'elle leur a parlé de cette histoire d'amour éclair. Ses parents étaient plus sceptiques, dit-elle. Mais ils se sont ravisés lorsqu'ils ont rencontré Honoré. Ils ont vu à quel point il était amoureux de leur fille.

Rachel est retournée au Bénin six mois plus tard, en janvier 2019, pour son mariage avec Honoré. Elle portait la robe faite du tissu de dentelle blanche lessi qu'Honoré avait choisi pour elle au marché l'été précédent. C'était le destin.

Pendant ce temps, le couple a planifié la célébration d'un mariage canadien pour l'année suivante, naviguant entre-temps dans le parcours d'immigration d'Honoré et de son fils.

"J'ai pris le temps, pendant la séparation, de commencer à me préparer mentalement et psychologiquement à un grand déménagement", se souvient Honoré. "Je devais penser à l'énorme changement de vie qui allait s'opérer pour moi, aux différences culturelles. Je connais des gens qui sont partis aux Amériques et ce n'était pas forcément facile."

Honoré a également préparé son enfant au déménagement.

"Je lui ai expliqué que : "Mon fils, nous allons partir dans un autre pays et nous allons recommencer ensemble. Avec le temps, tu auras de nouveaux amis, tu auras de nouveaux cousins. Tu auras tout ce que tu désires. Tout ce que tu as ici, tu l'auras là-bas, avec le temps."

Retrouvailles au Canada

Aujourd'hui, Honoré et Rachel vivent ensemble au Canada. Ici, ils sont photographiés aux chutes du Niagara. Source: Woke Enterprises, Inc. Canada
Aujourd'hui, Honoré et Rachel vivent ensemble au Canada. Ici, ils sont photographiés aux chutes du Niagara. Source: Woke Enterprises, Inc. Canada

 Honoré et son fils sont arrivés au Canada au milieu de l'hiver.

"Il faisait vraiment très, très froid", se souvient-il. "Je ne comprenais tout simplement pas à quel point il pouvait faire froid dehors. Parce que le froid de l'Afrique est une toute autre paire de manches que le froid du Canada."

Pourtant, une fois qu'Honoré a été équipé de bottes, d'un manteau et de mitaines adaptés au Canada, il a commencé à s'adapter à la vie dans un nouveau pays.

Rachel et Honoré disent qu'ils étaient fous de joie d'être ensemble. Les mois d'attente de l'approbation du visa d'Honoré ont été longs.

Le fils d'Honoré s'est installé très rapidement, et Rachel s'est adaptée pour devenir sa belle-mère, un rôle qu'elle dit adorer.

"J’accepte volontiers les défis et les joies de la maternité", dit-elle maintenant.

"Ce n'est pas facile, quand on est célibataire depuis toujours, de s'adapter au fait de devoir partager sa vie. Mais c'est un bon garçon."

 

 

Aujourd'hui, Honoré et Rachel habitent à Ottawa. Rachel travaille en tant qu'experte en diversité et inclusion, tandis qu'Honoré étudie et gère une petite entreprise.

Rachel a également raconté ses expériences de voyage en Afrique en 2018, notamment sa rencontre avec Honoré, dans un livre audio intitulé "Year of Return : a Black Woman's African Homecoming."

Rachel et Honoré élèvent également leur fils ensemble et dirigent une entreprise de vente de pyjamas avec des imprimés africains, appelée WokeApparel.shop.

La pandémie a mis un terme à leur projet de grand mariage canadien, mais ils ont organisé une petite cérémonie à l'été 2020.

En réfléchissant à leur parcours ensemble, Honoré dit que leur histoire lui fait considérer que "parfois, il ne faut pas forcer le destin".

Il voit sa rencontre avec Rachel comme "le destin", mais considère que traverser le monde pour être avec elle est une preuve de l'importance de faire confiance à son instinct.

"Suis ton coeur", dit-il. "Suis ton cœur, tout simplement."

Quant à Rachel, elle affirme que leur histoire d'amour lui rappelle qu'"il n'est jamais trop tard".

"Vous n'êtes pas trop âgé pour voyager seul, par vous-même, dans un pays que vous ne connaissez pas, où vous ne connaissez personne. On n'est jamais trop âgé pour trouver l‘âme soeur. On n'est jamais trop âgée pour devenir un parent.

Les opportunités n’ont aucune date d'expiration. Saisissez la vie à deux mains. Si je peux le faire, vous pouvez le faire aussi."

En vacances à Allada, au Bénin.

En vacances à Allada, au Bénin. Source: Woke Enterprises, Inc. 

Share this post



← Older Post